16.04.2018

ONU: Exclu du droit à la vie

Le Comité des droits de l’homme à Genève révise actuellement le commentaire de l’article 6 du «Pacte international relatif aux droits civils et politiques» (pacte civil de l’ONU) qui défend le droit à la vie face à des violations arbitraires. Le 28 mars 2018, 18 «experts» ont adopté l’alinéa 9 du brouillon du commentaire* lors de leur deuxième lecture. Cet alinéa mentionne implicitement le droit à l’avortement. Cette nouvelle «interprétation» du droit à la vie déclare: «Les États membres doivent donner accès à l’avortement dans des conditions de sécurité pour protéger la vie et la santé de la femme enceinte …» Cependant, le droit à la vie de l’enfant n’est mentionné nulle part. Il faut retenir que l’ONU fait ainsi du droit à la vie un droit à tuer des enfants non encore nés. Un plus grand abus des droits de l’homme inscrits dans les droits internationaux n’est guère pensable.

Le journaliste tunisien et expert du comité Yadh Ben Achour a déclaré pendant la session du 28 mars 2018** que le droit à l’avortement serait un progrès considérable pour des femmes qui seraient enceintes sans l’avoir voulu. En novembre 2017 déjà, Achour avait parlé de l’avortement comme une «mesure préventive» contre le syndrôme de Down. Charlotte Fien, une jeune Britannique atteinte du syndrôme de Down, a ensuite répondu dans un message vidéo*** qui a fait le tour du monde. Achour a essayé de se justifier en janvier 2018 sur son blog. Malgré cela, dans la session récente du Comité des droits de l'homme, le Tunisien a souligné une fois de plus son opinion qui est contraire aux droits de l’homme. Cette opinion est visiblement celle d’une majorité des experts du comité.

Le Centre européen pour le droit et la justice («European Center for Law and Justice» (ECLJ)) avait vigoureusement critiqué cette évolution dès l’automne 2017 comme un pas en arrière des droits de l’homme. Cependant, le compte rendu de la session du 28 mars du Comité des droits de l'homme montre comment les experts des droits de l’homme nommés par l’ONU parlent le plus naturellement d’un «droit à l’avortement», sans porter attention à la contradiction entre le droit à la vie et les propos du pacte civil de l’ONU. Là, il est écrit dans l’article 6 al. 1 sans aucune ambiguité: «Le droit à la vie est inhérent à la personne humaine. Ce droit doit être protégé par la loi.»

* http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/CCPR/GCArticle6/GCArticle6_FR.pdf

** http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22904&LangID=E

*** https://www.youtube.com/watch?v=LPeAvDvWvHo&feature=youtu.be